Canaries – Cap Vert

Direction le Cap vert, Mindelo, là ou le vent nous portera le mieux à priori, et là ou on risque de faire connaissance avec la famille d’un copain Capverdien de Genève.

 Top départ. Il y a eu une régate de grands bateaux (au nombre de 6…) qui est partie 2 jours avant nous, le trimaran à l’ouest, et les autres à l’est !……. Direction les Antilles. Il y avait beaucoup de vent et de pluie.

 Ca nous à laissés perplexes !…….. On a alors vu sortir du port le  bateau Polonais qui course aussi (pas la même). Houaou, quel courage sur ce pt’it truc. Il va aussi aux Antilles………. Du coup on s’est dit qu’on allait l’accompagner un bout.

Mais vu le temps, on a fait comme le Polonais du Vendée Globe Energa, on est restés 1 jour de plus au port !………………….

Bon, on rigole plus, on y va. Sortie du port de Santa Cruz de Tenerife, de chaque coté un cargo Grecque  et de grandes chaises pour l’asseoir s’il se sent mal….. Hihihihi Mais non, c’est pour le délivrer de sa marchandise

Mon Beau Capitaine rasé de près pour le départ, et concentré sur la météo au loin.

Pas mécontents d’avoir quitté cet endroit sympathique certes, mais raz le bol de se faire rincer toutes les heures.

En quittant progressivement la cote de Tenerife, bonne surprise, une bande de dauphins nous accompagne pendant au moins 1 heure. Super.

On navigue à 6 nœuds et ils adorent ça, venir courser avec l’étrave du Nuages. Evidemment, pour qu’ils restent, il faut les applaudir, les siffler, leur montrer que l’on est très très contents. Quel bonheur……………

Deuxième jour de navigation ou tout se passe super bien, peu de vent arrière. Installation du spi pour la première fois.

Après avoir bidouillé, réfléchis, monté, redescendu, et remonté l’ensemble, le voici opérationnel et ça fonctionne bien. Philippe est content. Le lendemain vent d’est en mieux, on a fait des pointes à 9 nœuds ……………….

A peu près pour 8 jours de navigation. 8 levés (comme celui ci) et couchés de soleil.

On met en place la « vacation de 10h30″ : faire le point sur le livre de bord, la carte, le nombre de Miles parcourus etc… Celle de 22h30 aussi.

**********Ici Jean Thierry de la Rochelle en direct de Paris pour la vacation de 10h30, nous allons contacter Philippe sur Nuages Sail Moor Work Less.

JT- Philou ici Jean Thierry pour la vacation est ce que tu nous reçoit ?

PH- vacacione  vacaciones, c’est pas les vacances ici J-T, on envoie du gros

JT- oui on a cru comprendre, vous avez eu une nuit agitée ?

PH- un peu J-T, à l’arrière du front il a fallu se défoncer pour pas rester coincé dans l’occlusion , maintenant on est au righting dans la dorsale, et on fonce vers la porte Sâo Vicente.

JT- effectivement ça n’a pas l’air tous les jours dimanche.

PH- un peu J-T ici c’est 24h sur 24h, à propos, on est quel jour ?

JT- Lundi Philou, est ce que vous avez aperçu vos premiers glaçons ?

PH- ça va pas J-T !!!…….. ici on n’en est qu’à l’heure du pt’it dèj. Mais bon t’a raison, je vais mettre ma tournée.

JT- Est ce que tu veux dire quelque chose à tes fans ?

PH- ouais, surtout ne lâchez rien les pt’its pères et bon week end à tous OVER.

Nous allons maintenant entrer en vacation avec Pascale sur Nuages No Sponsor.

JT- Pascale tu nous reçoit ?

PA- fort et clair Jean-T

JT- peux tu nous raconter ta journée ?

PA- la mer creuse et le vent forcit, le bateau est ardent, il faut veiller à ne pas masquer dans une anfolée, on réduit la toile en prenant des ris, on donne de la barre pour soulager le bateau qui roule, tangue et enfourne au risque d’embarquer. Maintenant le baromètre remonte, on renvoie à nouveau la toile

JT- j’ai cru comprendre que tu as des problèmes de com ?

PA- effectivement Jean-T, le data base de l’iridium n’est plus en interphase avec le computer, tout ça va bientôt apprendre à nager……..,.

JT- veux tu dire quelque chose à tes fans ?

PA- mes chers amis des 1000 milles, je vous dis à demain, et je compte sur vous OVER.*********

C’est Mac Arthur qui barre, on lui a mis un pt’it penon pour qu’il ne se sente pas trop seul. Ça navigue vraiment tout seul ce wind pilot, trop génial, ça ne dépense bien sur aucune énergie, sauf la notre car il faut quand même surveiller le cap (on passe kèk fois des heures a régler les voiles et le cap d’Hélène !). On en est super content.

En attendant on s’organise à bord, en 24h on dors chacun trois fois (chacun son tour, pas grave on a déjà bien consumer notre nuit de noce…. hihihi), ce qui implique 4, 5 ou 6 repas, ensemble ou chacun son tour, et au moins 5 ou 6 brossages de dents………… Entre temps on fabrique des cakes (merci à Brigitte pour ses recettes). Des soupes maison, des supers salades tant qu’on a du frais.

On se croise quand même souvent.

Nettoyage régulier des panneaux solaires car on a besoin d’énergie « propre » (le Capitaine refuse d’allumer le moteur !!!!!!!!!!!!!!!!!! il veut arriver aux Antilles avec le plein de gazol !!!!!!!!!). On observe le levé de lune, levé de soleil, la course des nuages, nettoyage régulier des vitres, sel oblige. En parlant de sel, vaisselle à l’eau de mer, toilette à l’eau de mer etc….. Tout finis par avoir un petit goût salé, on s’y fait bien.

Samedi 8 décembre, 4èm jour de nav, notre première dorade coryphène. Pas trop grosse mais  HUM comme c’est bon……….

Il y a des ciels et des couleurs assurées toute la journée. On vit dans une carte postale. La nuit on regarde se lever les étoiles, les constellations : Orion, Cassiopée, la Grande Ourse à l’envers, les planètes.

Mardi 11 décembre, pêche miraculeuse………… 4 dorades coryphènes les unes à la suite des autres……….. Génial. de la plus petite 35cm, à la plus grosse 70cm. Pas de balance à bord on ne connaît pas le poids, mais on rempli le frigo. Fin d’après midi studieuse, 2h à nettoyer, vider, tirer les filets. Ca vaut la peine.

Après notre dernière journée de navigation bien remplie, la nuit l’est aussi. Le vent forci, on a déjà rangé la grand voile, il ne reste que le génois qu’il faut réduire car on ne veut pas arriver de nuit à Mindelo – Sào Vicente – Cap Vert. C’est un peu frustrant de freiner le Nuages…………….. Qui fait, si on le laisse faire, des pointes à 9 nœuds.  Il est 23h et je vais réveiller le capitaine qui prend la relève.

Phil- C’est le binz, sans voile on fait du 5 nœuds, poussé par le courant et le vent sur l’île d’à coté Santo Antao. Soyons dirigeables et mettons du  génois à 25%, je jette des boutres et amarres à l’eau pour ralentir !!!!!!!!!!! Ça se calme, la mer est grosse mais ça va .On voit les lumières des îles  de savant calcule pour arriver dans le canal de Sao Vicente de jour.

Sao Vicente au levé du jour.

Santo Antao de l’autre coté. On surf dans les vagues

Santo Antao quelques poignées de minutes plus tard.

Pour finir on arrive au port le 12 du 12 en 2012 vers 12h12.

7 jours et 1h – Moyenne de 5 nœuds – 861 Miles (1594 km) avec un record de 150Miles en 24h. Maintenant tout est plat Nuages tire fort sur les amarres dans la marina de Mindelio où les rafales rentrent à 30 nœuds.

La belle vie quoi……………….. On vous invite. Pas tous en même temps, mais viendez on s’occuperas bien de vous.

Ciao Tenerife

 

JOYEUX NOËL A TOUS, BONNE ET HEUREUSE ANNÉE

Des arcs en ciel comme celui la on en a deux fois par jour à Santa Cruz de Tenerife. Année exceptionnelle de pluie !!!!!

Dernières grosses courses, on fait le plein de tout : légumes, fruits, conserves, beurre, et tout et tout……….

Dernières vérifications, le « singe » grimpe au mat, tout va bien.

Bon ça y’est on est décidés on y va. Cap Vert ou direct Antilles, on part mardi.

On ne blogue plus pendant au moins 2 semaines ou plus à voir.

Gros gros bisous à vous tous.

Tenerife

24h de navigation, c’est pas beaucoup mais alors houhouhou……… Bon vent de nord, nord est, force 5-6 pour aller à l’ouest. Par contre houle de 3m, régulière. Peut être la Renarde est partie trop vite sans trop manger, peut être ce devait être comme ça. En tout cas baptême du vomi pendant 24h….. Pas drôle !!!!! Après t’es tout mou… et tout molu…….. Enfin on est arrivés à bon port, dans le port de Santa Cruz de Tenerife et depuis on est là. Alternance de nuages, pluie, soleil, et ça recommence. Pas mal de pluie…….

 Et on a fait la grève générale Espagnole le 14 novembre.

On en profite pour visiter la ville dans la manif…..

Toujours en visite, on rencontre un groupe qui, botanise et culturise artistiquement en même temps, dans un magnifique parc. C’était bien sympa. Photo prise à coté d’une horloge (pas encore fleurie), don le mouvement à été offert à la ville par, devinez qui ??? La Suisse…..

Le Roi Charles III d’Espagne, dans les années 1700, a planté un tas d’espèces différentes, afin d’acclimater les plantes tropicales du nouveaux monde avant de les expédier vers l’Europe. Goutage des cerises d’Australie, c’est mousseux.

Loro Parc. Fantastique. Le riche et aujourd’hui vieux propriétaire de ce lieu, a voulu au départ sauver certaines espèces de perroquets. Soit disant la plus grande collection de ces volatiles au monde. Il abrite désormais beaucoup d’autres espèces.

Divers aquariums, le composent, 2 tigres blancs, bébé jaguar, panthère, tortues, collection de lézards, tapir, suricats…………

Le plus grand pinguinarium d’Europe, la neige tombe du ciel, et les saisons sont reproduites à l’identique. En ce moment il fait toujours jour….. Génial.

 Des shows avec otaries, dauphins, et le clou c’est les orques. Tous ces animaux sont super bien soignés, la preuve, Victoria, la dernière naissance du mois d’août chez les orques. C’est le deuxième bébé orque qui naît la bas.

Les gorilles !!! Belles bêtes, il y en a 5. Tous les soirs ces messieurs rentrent dans leurs chambres particulières, et je vous promets qu’ils sont mieux traités et nourris que certains de nos congénères……………

Ascension du Teide, 3717 m……… La plus haute montagne d’Espagne s’il vous plait……… Vue sur toutes les Canaries (quand c’est pas nuageux….) Magnifiques paysages de laves, encore très minéral.

O° la haut !!! Ya des glaçons versant nord. On a eu de la chance il n’y avait pas de neige.

Et oui le Chaud Devant autour du cou s’impose.

Trop d’oxygène, Philippe casse tous les blocs compactes qu’il  voit, afin de trouver des cristaux !!!!!!!!!!!!!!!!!! 15 tonnes de plus sur le bateau on n’est pas tous les deux d’accord.

 

Lanzarote encore un peu

On change d’endroit, direction Sud. Playa Mujeres, avant Marina Rubicon, mouillage sauvage comme on les aimes, et en plus devant la plage nudiste du coin, ce qui nous permet de nous savonner a plaisir… tout nus (enfin pas tout l`monde !!!!). Même le bateau est passé au lavage, dessus et dessous surtout. Les petits bruits de succion nous intriguait. Une bande de moules sur tige s’est accrochée sur l’arrière,  (on a du arracher la couche  anti-salissure en allant trop vite)

On en profite pour pêcher à poste, et ça marche. Pas mal……… un peu petit, on sait pas ce que c’est mais c’est bon.

Playa Blanca devant le port (com. d’ab…), ça bouge beaucoup moins que playa Mujeres, et cela nous permet d’excursionner dans les environs (proximité de la ville, enfin, de la boite à touristes).

Touristes, today notre job. La terre ferme et les gouagoua (bus) nous font du bien. Grand tour organisé (je vous le conseil car il n’y a que les bus qui vont dans les endroits extraordinaires). Tout commence par un tour de chameau ou on a bien rigolé. Séance photo bien sur……….


De la on nous emmènent a la Montana del Fuego, historique de l’île et des volcans. Puis passage au resto panoramique (en haut à droite) ou la seule source de chaleur pour les cuisines c’est la terre : le puit creusé à 3m profond et la chaleur monte à 200°. Démonstration de jeté d’un seau d’eau dans des puits 2m, tu compte 3secondes et pfuiuiuiiuiut……….. On te donne aussi des pt’its cailloux qui, ramassés à un certain endroit, te brûlent les mains. Ca bouillonne la dessous.

Puis tour en bus sur une route qui passe dans des paysages grandioses, du noir, du rouge, de l’ocre. La plus grosse activité volcanique recensée de nos jours à débutée en 1730 et a durée 6 ans…….. repoussant le rivage de 8km et détruisant la partie la plus fertile de l’île, il y pousse naturellement que du lichen à présent. On se sent vraiment tout petits quand on sait sur quoi on roule……….. Ca bouillonne la dessous.

Visite des vignobles du coin, essentiellement de la malvoisie comme cépage. Ils on du creuser les scories pour trouver du sol fertile, et les murets de pierres volcaniques permettent de retenir l’eau de rosée ou (de rares pluies). Assez délirant, vendanges de juin à septembre, pas vu de photos, ce serait intéressant de les voir faire…….. Assez soufré comme vin et cher…….. Mais pas mauvais.

Samedi 10-11-12 hihihihihi. On laisse passer le week end et on part sur Tenerife, 24 h de navigation. Bon vent à vous tous et que le temps vous soit clément. A de prochaines aventures. On vous embrasse tous.

 

 

Canaries Lanzarotte

Tout d’abord Bonne fête à Tous, c’est la Toussaint.

Une belle traversée, Gibraltar les Canaries, en 5 jours 15 heures avec un vent soutenu une mer moderate du vent d’ouest les premiers jours au prés pour prendre bien large vers un coin que je connais déjà ou j’ai vu ma première tempête et on a laissé génois on sens souvient toujours surtout que c’est au génois que l’on descend l’Afrique avec un record de 130 M en 24 h bonard  on tire 4 bords dans une belle houle de nordouest c’est vers les 30 derniers mille que ça devient plus chaud terreterre puis graingrain on vois plus rien j’ai range mon précieux génois pour une trinquette et 2 ris c’est en voulant aller prendre un ris dans cette inestimable trinquette pour en faire un foc que ça devient violent on affale tout à sec de toile on se laisse aller dans la houle et les grains tranquillement à 6 nœuds, c’était sans connaître les capacités de ce bateau qui lorsque on y revu claire nous a amène dans son sillage phosphorescent dans un mouillage au milieux des volcans.

Dans le monde entier on retrouve ces cairns au dessus de toute montagne, les volcans ni échappent pas.

Entre la Muele de contenedores de puerto Marmoles, Puerto Naos et, en face du Castillo de San José, c’est nous, au mouillage.

Petite visite au Musée d’art Contemporain qui se trouve dans ce Castillo, retapé par César Manrique, artiste Canarien qui à son époque à sauvé et mis en valeur le patrimoine artistique de Lanzarotte. Il a interdit que l’on construise des immeubles de plus de 3 étages sur toute l’île, afin d’en préserver son paysage. Tous les ports, à leur entrées, possèdent leurs statues de fer dressées a coté des feux rouges et verts, Signées Manrique.

 On croque la vie et le Nuages par les deux bouts………………………..

 Profitant d’être a proximité des chantiers, on bricole, nettoyer (les outils qui rouilles), démonter (le taquet qui à du jeux), resserrer (tous ce qui passe devant tes yeux comme boulons, vis etc…), vérifier (l’anode sacrificielle), changer (celle ci), fabriquer (un hamac à légumes), mettre des leds au plafond (sacré économie d’énergie), sans parler du P’tit Nuages qui n’a toujours pas retrouvé de rame fonctionnelle. Tels sont les devises des marineros au port.

Tous les métiers sont à bord : mécano, électro, plombier, pêcheur, coiffeur, barbier, arracheur de dent à l’occasion. Chef de projets : on compte bien faire notre propre sel et sécher nos poissons. Cuisto, barman, livreur, rameur, goûteur (eau douce ou salée en fond de cale ?), astronome, météorologue, photographe, ferblantier, couturier, touriste à l’occasion…………….

Bienvenu au club des Sans Dent (aussi des Fendents)bil y a des forum de nouvozamis

Comme z’avait la dent qui bouzait depuis un petit moment fa me tapait sur les nerfs (pas idée! découvrir un nerf dans les dents)  Comme z’avait peur peur de tirer d’un feul coup zâi tiré tout doufement fans m’arrêter crikcrok la dent dans les doigts un nouveau fourire ze peux croquer la vie ze revis.

Visite aux Jardins de Cactus, érigé par César Manrique (il est partout présent), très bel endroit, paisible et piquant !!!!!

En passant par quelques oiseaux locaux, qui pour certains n’on pas peur des épines…..

Quand on fait de l’Internet au bar local, bien sur on consomme local : tapas, pizzas et autres hamburgers. Mais ne pas croire que l’on se nourris mal. Menu du soir : tomates chèvre frais huile d’olive basilic, accompagnées de sa salade levurée, avec oignons raisins secs, émincé de poivrons, et tartinette de crème de sésame. Tout ça servi avec un petit vin rouge local. **** Dirait Michelin et on soigne les couleurs et la présentation………….

 Entrée des Cueva de los Verdes, tunnels de lave qui datent de la grande éruption de 1730, long de 7km !!!!!!! Superbement incroyable. Les habitants du coin s’en sont servis lors des invasions de pirates et de marchands d’esclaves arabes, et d’abris lors d’éruptions. Actuellement 2km de visite, une salle de concert à l’acoustique démentielle (aucune humidité, pas de stalagmites ni tites), boite de nuit à l’occasion et un laboratoire scientifique qui étudie le sous sol et l’activité volcanique.

Pas facile les photos en tunnels…..

Sortie, ou je vois que les plantes que j’ai à la maison sont les même, un ptit peu plus ptite.

Le marché du samedi a Arrecife, ya tous les légumes et fruits. Courges, citrouilles, courgettes, patates, poireaux en même temps que avocats, basilic, tomates, mandarines, oranges, mangues etc………………………….. Accompagné de l’orchestre local.

 Changement de mouillage, plus à l’intérieur du port, pour ne pas chopper la houle du sud, pendant le coup de vent du sud. IL pleut sur Lanzarote il y aurait donc de l’eau sur la lune….

 

En route vers les Canaries

Vous l’avez sans doute compris, le Marinero confirmé c’est bien entendu Philippe, et moi la mousse et blogeuse apprentie. Et je suis très très fétichiste……… Voici une liste, non exhaustive, de mes gris gris very important for me :  le bouquet de mariée de Pascale Brehier (quelle bonne idée les fleurs en tissus, elles tiennent encore), les docs sur les huiles essentielles de Karine, la plante grasse en cœur des Gerdil et Farida, les ciseaux à ongle de ma Maman, les gants de vélo de mon Papa (super pour les manœuvres), les pinces à linges à Xavier (merci Edf), la robe à Cathy, le paprika de Céline, la veste de quart de mes Zizines Françoise et Catherine, les torchons à vaisselle de ma tata Rolande, le beau collier de mon tonton Pierre, la fleur de sel de Guérande de Mimi et Babette, le logiciel de navigation de Papylou, la bouteille carrée de Bernard, le panier du grand père Buffet, encore merci Eric d’avoir créé ce blog, et je ne dis pas tout……………….. Je ne pourrais vivre sans tous ces objets, et sans VOUS.

 

Triste nouvelle, je viens d’apprendre la mort de mon tonton Pierre Renard, le frère de mon Papa, dans sa 93ème année. Paix à son âme. Je suis contente qu’il ai retrouvé mon Papa.

Au port à Gibraltar, Philippe se creuse la tête. Installation du, le wind pilot. 1/2 journée de boulot, pas une mince affaire. Regarder les films de Daniel (l’ancien propriétaire) pour comprendre comment c’était installé, 1 fois, 2 fois, 3 fois et encore. On voulait l’appeler Dave parce que Dave’bar et qu’il fait quelques écart certaines fois. On voulait aussi l’appeler Léonardo en référence à un film de Daniel qui nous à bien fait rire…. on à finalement décidé de l’appeler Mac Arthur, Hélène pour les intimes, car c’est la Héros de Philippe. L’autre, le pilote automatique, c’est Raymond (qui barre……..).

Départ de Gibraltar, le continent Africain en fond.

Mer calme on sillonne entre les gros.

Ciao Gibraltar, cailloux envié et stratégique.

 Salut le Maroc et bonjour le rail des gros cubes…………

 Les Gros !!!!!

Milieu du détroit, très bizarre, ça fait le bruit d’une rivière et plus loin rien, calme sur la mer, jamais vu ça. On a des voiles mais obligés de mettre le moteur, trop de courant. Traverser ce rail de gros n’est pas une mince affaire, peur peur, mais tout ce passe bien, sauf qu’on avance vraiment pas vite……….

Salut Tanger, on ne fait que passer.

Coucher de soleil sur Cabo Espartel, juste après Tanger, une longue nuit nous attends, poursuivis par les chaluts qui nous frôlent et surveillant les gros cubes.

Et la commence une longue navigation de 5 jours. Nuits sans lune. Difficile de voir la limite entre le ciel et la mer. Le rouge d’un bateau nous suit… Mais non c’est une planète qui se lève. Elle à bien une forme bizarre cette étoile ! mais non c’est un bateau, une lumière devant, une derrière, tu prends les jumelles et il y a même du vert au milieu ou devant selon les humeurs du capitaine (meu non, ça dépends d’ou il vient et ou il va). Un peu angoissant pour moi qui ne suis pas encore totalement initiée………….

Mac Arthur : au boulot, nous on a autre chose à faire…………..

Et il se débrouille super bien après avoir compris les réglages à faire, c’est le top. On deviendrait fainéant, on le laisse faire, on barre juste quand le vent change et qu’il faut régler…..

Après de nombreuses manœuvres délicates, il est temps de rentrer le rappala pour la nuit. Eh !!!!!!! Voila ti pas qu’il se barre………. Miracle…

ENFIN ……… 1 Thon…… Petit je vous l’accorde, mais bonne portion pour deux. On fête ça, apéro et thon grillé….. SUPER.

Quelques fois le temps est interminable. Grosses vagues, mer agitée. Bien sur on se croise avec Mon Beau Capitaine. Dodo toutes les 4 heures, il y à des fois on reste veiller plus longtemps, surtout Philippe car ya du gros temps et j’ai passablement la trouille la nuit seule. Épuisant tout ça.

Difficile de rendre la mer telle qu’elle est vraiment.

Mais elle est grosse, et on se prends des grains. De la pluie en rafale à ne plus rien voir à 100m, on les voit venir (le jour…….)

Et après, le ciel bleu. Et ça recommence en moyenne toutes les heures.

Pendant un coup de ciel bleu, dernière journée, Ya le rappala siffleur qui déroule le moulinet à fond YOUPIEEEEEEEEEEEEEEEEE .. Obligée de réveiller Philippe avant l’heure….  Vient m’aider…………… OUAOU Un espadon, on n’y crois pas, mais si hihihihihi. On est RICHE, quand tu pense au prix que ça vaux !!!!!. 4, 5kg. Céviché en premier (poisson cru macéré dans du citron et beaucoup d’oignons), puis tranches grillées. HUM………… Délicieux.

 6 jours de navigation, on est presque arrivés, on vise l’île Graciosa, au nord des Canaries, ça se déchaîne, vent super fort, 2 ris dans la grand voile, Philippe ne met même pas de ris à la trinquette, on finis par tout affaler et partir en fuite, plein sud, au large, sans voile ni moteur, rien qu’avec la houle et le vent on va à 6 nœuds…………… La nuit arrive, le vent se calme légèrement, on tourne quand même pour aller à Graciosa cette nuit, houle de travers, 4m au moins, c’est la fête foraine !!!!!!!!!!!! Arrivée au petit port vers 21h de nuit, ya pas de place………. On nous indique un mouillage juste à coté, Playa Francesca. Pas le choix, on y va.

Enfin ça s’arrête.

 Lendemain matin, notre mouillage. On a juste oublié se prendre une assurance contre la pluie………. Les livres disent qu’il ne pleut jamais à Lanzarotte !!!! Pendant 2 jours c’est une rincée en moyenne toutes les 2 heures !!!!!

Vue sur Graciosa.

Vue sur Lanzarotte. On y est super bien, on reste 5 jours.

Ibiza –

La Citadelle vu du bateau taxi qui traverse la rade toute les demie heures.

Vent d’Est très fort amène l’eau au port !!!!! Ca déborde, il va bientôt avoir les bateaux dans les restos !!!!!!! Pas content d’ailleurs le restaurateur Spaghetti……………..

Les gars on fait les courses, des Artistes………..

La fille, incorrigible, fait les poubelles pour trouver des trucs…………… Non la rame on l’a achetée, car un soir de grand vent et de saoulographie intense, on en a perdu une……….. C’est des choses qu’arrive ma brave Dame…………………

Foto Foto…………..

Couché de soleil sur le port d’Ibiza, on s’est pris une bonne rincée après.

 La rade Ibizzzza by night,

Tout ce que Pascale voulait acheter………………

Désolé, pas de photo de la fièvre du samedi soir au Pacha, Monstre Boite de Nuit (allez voir sur le site El Pacha Ibiza avec David Guetta, et vous vous rendrez compte………….). 1000pers musique à fond…….. et 4, 5 salles, on ne sait pas, on a pas eu le temps de tout voir……. Ressortis vers 7h du mat… La faute à Xavier!!!!!!!!!

intéressant les meures en boite les gens mettent leurs plus beaux habits ,on ne peut pas se parler alors on roucoule comme un pigeon  et on ressort avec une fille moi c’était ma femme

J’en ai trouvé des photos….. Voilà à peu près nos têtes au ptit matin !!!!!!!!!!

Qu’est ce qu’on se marre avecl Pentax. merci les amis.

Le matin du Dimanche 30 septembre, à l’aube de 13h !!!! On se prends une bonne pluie sur la tête, histoire de nous réveiller un peu, on part, direction les côtes Espagnols, cap sur Cabo de Pallos, avant Cartagène. Phare de Isla de los Ahorcados, entre Ibiza et Formentera.

Ici, pour les initiés pas de commentaires, et pour les autres, nous sommes à 0°00.001 Est.

Puis 0°00.000 West, On vient de passer le méridien de Greenwich

0°00.001 Nous voilà complètement à l’ouest……. Apéro……….

Cabo de Palos, de nuit, pas facile. Monstre courant qui nous recule et bien sûr le vent viens de là où on va !!! Moteur (on va pas y passer la nuit) après avoir essayé 3 fois de tirer des bords qui nous ramènent au point de départ… Tout çà bien sur en plein milieu du rail à pétroliers, portes containers et autres, histoire de s’amuser un peu !!!! Ca fait pas rire Pascale … Parce que, tu les vois tout petit comme ça,

Le temps de deviner la course du bateau, tu les vois grand comme ça………….. Imagine la nuit !!! Tribord Vert, Babord Rouge, il vient d’où et il va où ??? C’est du boulot, et de nuit, et pas de RTT.

Après on se paye pétole pas de vent…. Couché 10h, relevé 1h du mat, recouché 4h, et ainsi de suite.

Et pas chaud par ici, et on approche de Gibraltar petit à petit et ils nous amènent leur frog les Anglais !!!!!!!!!

On a le temps d’observer : le coucher du soleil, le levé de la pleine lune, le levé du soleil, le couché de la lune.

Concentré, au aguets du moindre signe de brise……………..formation lacustre

 Et on recommence Les couleurs !!!!!!!!!!!!!!!!! les couleurs!!!!!!!! comme dirait Philippe.

 

Le CAP !!! Le cap j’te dis………… LE CAP

une photo d extraterrestre le rapport devrai suivre

La Sierra Nevada en fond.

Nos tomates, concombres, fraises et autres sous des milliers de serres et tunnels.

On met le rapala pêcheur comme d’ab, et on espère…… Ou la, la la la la la……… Une touche…. C’est gros………. C’est dure à ramener…….. Mais c’est quoi ?????????????????

Ca alors, un Fou…………………… No fish today, on va bouffer du Fou……………….

Mais non, pas d’inquiétude, le Fou à pris le rapala siffleur pour un poisson (évidemment c’est fait pour ça !!!) mais rien de grave. Il s’est pris un hameçon dans une patte et s’est empêtré les ailes dans le fil ¨!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Fallait pas acheter le rapala au rayon jouets………… A dit Philippe……………… On à dépêtré le Fou et on l’a relâché, il allait super bien. Parti sans dire merci………

Bon la on est un peu fatigués, pas beaucoup de vent, on fait du moteur ou alors on avance à 2 ou 3 nœuds et ça va pas vite !!!!!!!! On mouille à Almerimar pour la nuit. Repos, on est partis dimanche et nous sommes mercredi soir : 4jrs et 3 nuits.

Les couleurs………… 

Scéance photos rien que pour vous tous.

 

Petite halte a Caletta de Velez, bon port de pêche, chaluts à volonté. Marché le samedi matin. Direct du producteur tout à 1€ le kg : tomates, concombres, mangues, 3€ 5kg mandarines…………..

 A Caletta on s’est pris une mini marée noire fond de port, les inondations on fait pas mal de dégâts autour de Malaga, ramenés beaucoup de poubelles en mer …………On a croisé des zones avec des bambous flottants qui faisait des km2.

 

Départ à 6h du mat pour Gibraltar, sous le brouillard qui pisse. Les Anglais on même réussi a importer leur fog…………….. Le Radar en veille, il y avait des bateaux partout, mais invisibles.

 Arrivée sur Gibraltar avec le soleil perce.

 L’oiseau sur le brise lame, digne d’une carte postale… Il fallait le voir, hein dit ?

Punta Europa.

Et pour nous souhaiter la bienvenue, une poignée de dauphins nous accompagnent dans la rade.

Des gros bateaux partout………………..

Vidange faite en arrivant on fête les 100 heures de moteur..

 Le fameux rocher de Gibraltar foggy total à l’Est, d’où on est venu.

Et dégagé à l’Ouest, là où on va.

Mer de brouillard comme sur Cluses en hiver………. Celui là pisse et poisse…..

Le continent Africain en arrière plan Djebel Sidi Musa 800M

Toute l’histoire de ce rocher…..

Le touriste moyen ici est en général propre. Nous sommes au royaume sa Majesté…… Les singes, habitants de ce bout de cailloux, sont nourris et protégés………… Pas assez peut être…..

49- Singes divers.

 

 

 

Baléares

 

Quelques belles images, signées Philippe, l’Artiste photographique de la maison.

 

En attendant l’arrivée de Xavier à Palma de Majorque, on bricole, Phil s’attaque à la cuisinière, plus précisément aux chapeaux des brûleurs, qui trop vieux perdent énormément de gaz, et comme on le sait bien, le gaspar c’est bon que dans les montagnes hihihihi……………..

Et puis nous sommes en Espagne, supermarkets ouverts jusqu’à point d’heure, on fait du shopping avec notre super chariot de compet……………..

Arrivée du Xav

Aussitôt là il « essaie » comme nous, les différents Rapalas, toujours rien………… No fisch today………

Tient le cap Bon Diou.

De mouillages en mouillages en passant par Ensenada de sa Rapita et un bout de la cote sud est de Majorque.

Nous voilà en route pour de l’archipel  de Cabrera, réserve nationale. L’île est habitée uniquement par l’armée, et il est impossible de sortir des chemins car il y a des mines partout…

Réservation de bouée uniquement par Internet, et ben je voul’dis pas facile……. Mais avec l’aide du Vodaphone on y arrive.

Phare de l’isla Horadada avant d’arriver à l’archipel de Cabrera.

Puis on reviens sur la côte sud ouest de Majorque mouillage devant le port de Andraitx. L’Espagne est beaucoup mais alors beaucoup plus urbanisée que la Corse …….

Le « tout blanc » en profite pour faire un tour et bronzer du …………………..

Eh les pt’its gars, j’vous ai ramené des produits locaux.

Moitié-Moitié, Fondue Suisse bien sur.

Fromages de Haute-Savoie, et encore un peu de Rosé Corse.

Sans oublier le bon vin rouge du Bois de Leynes Boyat Bio, et le blanc Cuvée des Fossiles de Bertillot,sorti de notre cale qui étaient à notre grand étonnement excellents, même après avoir étés secoués dans tous les sens comme on peut l’imaginer après quelques miles de navigation agitée.

Et la Renarde heureuse……………………..

Samedi 22 septembre, en partant pour Ibiza, au loin l’île de la Dragonera, pointe ouest de Majorque.

Bon, on est partis un peut tôt, 16h, à 6 noeuds, de Andraitx pour une navigation de nuit calme. Il a fallu freiner le bateau pour arriver de jour sur l’île d’Ibiza. Pascale peur peur quand à 5h du mat, un monstre transport de passagers, qu’elle guetait depuis 1h, lui vient vraiment dessus. Branle bas de combat, sans réveiller les autres, stop le pilote automatique pour reprendre les commandes, fait demi tour en arrière toute. Heureusement, le gros est passé tout près, à même allumé un gros spot pour vérifier ou on était. Puis retour à la normale……………..

Petite visite du matin au petit jour. Il s’est posé d’abord sur la barre à roue et, trop drôle il tanguait à droite, à gauche, s’est déplacé sur l’échelle pour la séance photos, il est venu pour se reposer, chouette.

Passage devant Punta Moscarter, Nord d’Ibiza.

Nuages 2 jours au mouillage à Cala Portinatx, pour se cacher du gros vent du sud annoncé.

Effectivement ya un beau coucher de soleil, mais quel vent mes amis…….. Levés régulièrement pour surveiller le bateau des anglais qui sont arrivés de nuit et on raté 2 fois leur laché d’ancre……. Se sont mis, évidement juste devant nous, c’est chaud…………. Mais ça passe. Bon le lendemain ils se tirent un peut plus loin bien sure. Encore merci à notre ancre Delta.

On repart de Portinatx, mer un peu plus calme.

Hola ne voit tu rien venir ?????????

Fort de Punta Grossa, Est de l’île.

Cala de San Vicente, nouvelle coupe…………………………. C’est le fort vent d’Est, Sud Est……….

Soirée toride……………on est à Ibiza

Vue du bateau en allant sur la ville d’Ibiza.

Même chose…………………..

lLa citadelle en arrivant en ville.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les boutiques en ville, le look désaxé de tout l’monde dans la rue, marrant,assez drôle.

Et ouais on est à IBIZZZA

Et on va y rester 2 ou 3 jours car orage, on est en pleine dépression, ca tourne dans tous les sens, Est, Ouest, force 6,7, avec des rafales à 8 beauforts…………………… On ne bouge pas du port. Et on va pas (encore) en boite la nuit. On met des pantalons ça faisait longtemps

 

Astaluego. A la proxima vès

Hola Hola

Sur notre plate-forme à Mahon on ne fait pas que buller il y a toujours du job a faire. Après notre navigation « tempétueuse » entre la Corse et les Baléares, les planchers on bougés, une petite rectification s’impose.

 

Début de la fête de la Santa Maria. 150 chevaux tournent dans la vieille ville, de 5h le soir à 4h du mat…..

Tous plus beaux les uns que les autres de la tête,

A la queue.

Incroyables ces Espagnols, ils vont même trouver les retraités et les mongols  qui ne peuvent bouger. Tout le long du chemin ils se cabrent les uns derrière les autres, c’est superbe.

Nous on mate un Max et on en profite pour acheter les produits locaux Hummmmmm.

Ici la place de l’Eglise Santa Maria (à 18h encore vide) où se déroule le reste, et principal de la Fiesta.

Des milliers de personnes dans les rues. On trouve (évidement nos anges nous guident super bien) The BEST PLACE…… Matez le pt’tit balcon en haut à gauche, c’est pour nous en jouant un peu des coudes.

20h Dans les startings blocs la place se remplie.

Et la, avec l’orchestre local, pendant 4h…!!!!!!! les chevaux défilent, tournent, se cabrent, entourés par la foule en délire qui les touchent, les accompagnent, et les encouragent à se cabrer. Incroyable, envoûtant, fantastique. La même musique pendant 4h mais on ne se lasse même pas…………… Ca valait vraiment la peine de rester …………

Sortie de Manon (comme dirait Philippe!!) Mahon bien sur, on choisit la difficulté comme on aime, le petit chenal à 2m de profond alors que notre tirant d’eau est de 1m50…………………. Temps calme bien sur ¨¨¨¨¨¨pas de houle.

Mouillage un peut plus au nord, Es Grau et c’est très beau !…

Dimanche il y a des pt’its pêcheurs partout.

Nous on se contente des coquillages car on promène souvent notre leurre au bout de la canne à pêche…………..

Partis à l’origine pour faire le tour de l’île, on visite la lagune du coin.

En naviguant pour aller à la calla suivante, Phil prépare de nouveaux rapalas. Siffleurs celui là, sensé prendre quelque chose ou quelque poissons…………………… Que dal…………….Queue d’chie……….

Toujours un peu de difficultés, on entre dans la calla Addaya , en slalomant entre les vertes et les rouges……. On a raté une rouge et on s’est retrouvés à 1m60 de profond …… Ouaouhhhh peur peur mais rien ne s’est passé ouf……………y’avait de l’herbe à cet endroit.  Très longue entrée pour se retrouver au fond de la calla avec d’un coté les rochers à 20m, et de l’autre des rochers plus boisés à 20m. Tout ça à 2m50 de profond, pourvu que ça ne tourne pas trop.

Oh un  nouvel homme rasé de près !!!!! La dernière fois c’était à Ajaccio…………..

Dépression sur le golf de Gène haute pression à l’ouest de la France la tramontane est annoncée.

Une  belle nave de nuit nous emmène jusqu’à l’île de Majorca ou ça devrait être moins fort

Pour la première fois une calla (Gran) pour nous tout seuls au mouillage, vue derrière, sur le large.

Vue à droite, de superbes maisons avec pelouses tondues de près et luxe partout.

Vue devant…………. La minuscule plage au fond avec 1000 touristes !!!! On s’en fou la piscine est grande.

Repartis pour de nouvelles aventures, belle nave au pré (matte le niveau de la mer), on vie souvent à 45°.

On regarde passer les chaluts avec envie, toujours rien au bout du rapala siffleur, no fish today!!!!!!!!!!

Mouillage au sud de Majorque, la plus grande plage de l’île : Playa del Trench, la dépression nous passe au dessus, 3m50 de fond et 40m de chaîne no problémos.

 

Eau turquoise, les orphies nous rendent visite, toute la journée tournent autour du bateau (pas d’épuisette !!!), ainsi que quelques méduses durent à photographier sans notre pentax qui arrive bientôt neuf et réparé avec Xavier le 18 septembre, Yes.

Cap Blanco, figuiers de barbaries accrochés à la falaise superbe.

Arrivée sur la ville de Palma de Majorca.

C’est la fête du sport…………… Vous m’avez rrrrréconnou ?????????

Ca rappel quelque chose ?

Panoramique vue sur la cathédrale.

Très Belle ville, et paisible le dimanche après midi.

Tout ce que Pascale voulait acheter…………………

Visite des Bagnos Arabics, vestiges qui datent du 10ème siècle, seul restes de la présence des islamistes sur toute l’île. Les colonnes ont été piquées aux Romains !!!

Sangria, Tapas à volonté, on retrouve la civilisation.

 

Bon dia a la proxima ves.

 

Bye Bye L’Ile de Beauté

1 68 jours sans port….(de toute façon c’est bon quand c’est mort !…..) Les ports Corses ne voulaient pas de nous, trop p’tit bateau, trop p’tit budget…

On en profite pour faire des courses, kadi a domicile, xtra.

2 On attends toujours la bonne météo pour aller sur les Baléares, mais ce n’est pas ça du tout, coup de vent annoncé, on se cache dans l’anse St Ciprianu, superbe baie, et on regarde passer les nuages, alarme de mouillage GPS, ça pulse.

3 Ca commence comme ça : ça vient du nord.

4 Ca passe par le nord ouest.

5 Et ça nous repasse au dessus ouest.

6 Et ça recommence….. On plonge pour vérifier l’ancre, tout va bien, mais quand même on recule un peut. Pas d’inquiétude on est peut nombreux dans le coin. Veille attentive.

Plus de tabac, la Renarde se fait déposée a terre et va se dégourdir les jambes, 4km a pied et un peu de stop, ça la calme. Elle en profite pour télécharger quelques fichiers Météo au passage.

7 En attendant Philippe se fait des poils……. On décide de changer d’endroit le lendemain.

8 En route on croise de drôle de trucs…………..

Arrivée a Rondinara, une plage qui fait un demi cercle parfait. En fait on voit ça bien depuis avion ou carte postale. Magnifique, mais le vent pulse encore un max. Merci a l’ancre Delta qui est une merveille dans le sable.

Voici le prochain bateau de Pascale, voiles a sa grandeur mais c’est surtout les rames qui l’intéresse, pour se défouler de temps a autre………..

10 Au matin, notre 1ère pluie depuis 2 mois. C’est bon ça lave le pont.

11 Le temps s’améliore, allez, on se lance : que le vent nous mène aux Baléares, Merci………….

12 Passage devant les Iles Lavezzi.

13 Les plus au sud de la France.

14 Lundi 3 août 8h15 on part au moteur, Bye Bye la Corse.

Ensuite ça se complique, le vent se lève.

La on est désolés mais on n’a pas eu le temps ni le loisir de prendre des photos……………………

Autre chose à faire : cap sur Nord Sardaigne Punta Deilo Scorno, vent Est, au portant à 7,8 nœuds avec une grosse, grosse mer la houle de face ………………

Ouille ouille ouille, même Philippe à dit houlala……on dirait l’atlantique……….

2 ris dans la GV et le genois au minimum.Ensuite le vent passe NW parfait pour faire du près tunnel de lavage et rinçage sous les trombe d eau, éclaires embiance de fin du monde le bateau fonce.

La Renarde sous Rescue (merci les fleurs de Bach), et nous voilà partis dans la tourmente pendant 52 heures non stop 270 milles (environ 500 bornes). C’est ça la navigation quand on est dedans pas question de dire : « bon moi je vais me faire un mac do et je reviens quand c’est fini ».. hihihihhihihihihi

On se remplace a la barre, a la surveillance du pilote automatique. Barrer, surveiller, manger, dormir. Evidemment ça tangue de tout bord, on est un carrément malmenés et pas question de préparer une bonne bouffe, avec ça panne de gaz, et pas de bananes. Merci le muesli………..

Philippe se régale et Pascale ne peut rester a l’intérieur (mal de mer peut être……).

Tu dors dans le carré et quand tu te lève tu tombe et te cogne partout tellement ça tangue…….. Les grand manèges style montagnes russes et autre, à coté de ça c’est de la rigolade….

 

Au p’tit matin du mercredi 5 on est accompagnes de tanker, portes container, pétroliers, voiliers, etc…..

16 OUF dit la Renarde Terre, Terre.

17 On entre dans la calanque de Mahon, île de Minorque territoire Espagnol.

18 Des marinas partout surplombées de belles petites maisons.

19 De magnifique vieux gréements qui sont la pour de belles régates annules car coup de vent (celui qu’on s’est pris).

20 Il y en certains on dirait des jouets.

21 Le fond de la calanque de Mahon, et port principal

22 Des pontons sont disposés autour des îlots , on trouve une place autour de l’un deux, celui qui est au fond a droite avec le bateau rouge. C’est superbe.

23 Philippe se repose sur son îlot désert et se laisse encore ++++ pousser les poils !!!!!!

Ya beaucoup de photos de Philippe car c’est lui le plus BEAU (y’en a qui le disent).

24 Vue d’en face de notre bateau : les parcs a moules et les entrepôts de  pêcheurs derrière.

25 Le matin tôt ramasse des moules Made in Spain, nourries au shampoing des super yachts et divers cacas des plaisanciers !!!!!!!!

Le port et la calanque sont quand même très très propre par rapport à d’autres ports.

26 Dans cette grande calanque de Mahon, il y a 4 îles (bien surveillées comme chez nous).

27 Clins d’œil aux rayons boites : poulpes, seiche a l’encre, bacalao, et j’en passe.

Nous restons a Mahon quelques jours car il va se passer ici une belle fête qu’il ne faut pas rater.

Nous avons pris une carte de téléphone Vodafone dont le no est le suivant :

0034 6 71 88 68 84 Si le cœur vous en dit de nous parler en direct, on est en Espagne pour un certain temps.

Que les anges vous accompagnent et que le souffle du vent vous soit favorable à tous.

A la proxima vez.